Skip to content

Les bénéfices des espèces indigènes

Écrit par :

Équipe du GRAME
Équipe interne du GRAME

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les espaces verts urbains se voient envahis par les essences exotiques. Leurs caractéristiques intrigantes motivent l’utilisation de ces dernières. Il est toutefois important de comprendre le pour et le contre avant de planter des espèces indigènes ou introduites. Voici des caractéristiques à prendre en compte pour un choix éclairé.

Qu’est-ce qu’une espèce indigène?

Les espèces indigènes sont des espèces se trouvant dans un écosystème de façon naturelle, sans intervention humaine. Elles sont réparties selon des aires de répartition naturelle et sont donc qualifiées d’indigènes à une région précise. Ainsi, une espèce d’arbre indigène dans la Communauté métropolitaine de Montréal peut ne pas se retrouver naturellement dans le nord du Québec. Elle sera donc qualifiée d’espèce introduite ou exotique dans cette seconde région.

Asclépiade

Que sont les espèces introduites, ou exotiques?

Depuis plusieurs années, des espèces exotiques sont introduites sur le territoire québécois, volontairement ou non. Celles-ci peuvent être qualifiées de naturalisées ou d’envahissantes. La différence entre ces deux catégories est l’impact qu’elles ont sur l’environnement dans lequel elles poussent. Les espèces introduites naturalisées sont celles qui arrivent à se reproduire dans leur nouvel environnement. Elles deviennent envahissantes lorsqu’elles se répandent et modifient les écosystèmes dans lesquelles elles se propagent. Un bon exemple d’espèce exotique envahissante est le nerprun (Rhamnus cathartica et Rhamnus frangula) ; dû à l’absence d’ennemis naturels, cet arbuste prolifère et forme un couvert dense qui prive les espèces indigènes d’espace et de lumière pour pousser aux sols des boisés.

Bénéfices des arbres indigènes pour l’écosystème

Les arbres indigènes se reproduisant naturellement dans leur aire de répartition naturelle composent une part importante de leur écosystème. Les insectes et les oiseaux y sont adaptés et en dépendent. Une étude menée par la firme Mitacs Accélération en 2013, en collaboration avec un doctorant de l’Université de Toronto, a démontré qu’en contexte urbain, les arbres indigènes abritent jusqu’à 25 fois plus d’insectes et d’oiseaux que les essences introduites. L’activité des insectes et oiseaux est très importante pour l’écosystème, entre autres pour leur alimentation et la pollinisation.

Bénéfices des espèces indigènes en horticulture

Les bénéfices des espèces indigènes sont aussi importants pour les jardins. Plusieurs raisons justifient le choix de plantes indigènes, car elles constituent notamment l’environnement idéal pour les populations d’insectes du territoire, puis une source de nourriture importante pour la faune locale, dont les oiseaux. D’ailleurs, ces dernières demandent habituellement moins de soin (eau, engrais et parfois même pesticides) que les plantes introduites, puisqu’elles sont déjà adaptées au territoire québécois. De plus, la distribution naturelle des semences exotiques, utilisées dans des aménagements paysagers résidentiels, pourraient nuire aux zones sauvages des alentours. (Fédération canadienne de la faune, 2021). Nous devons donc toujours penser aux répercussions de nos aménagements sur les écosystèmes

Le GRAME priorise les espèces indigènes

Au GRAME, nous choisissons des espèces indigènes autant que possible pour les aménagements que nous réalisons. Ainsi, tous nos jardins de pollinisateurs comportent des plantes indigènes à 100%. Nous en sélectionnons aussi toute une variété pour nos projets de plantation d’arbres. Notre projet d’écran végétal anti-déchet au Parc Stoney Point, à Lachine, a également été réalisé avec des vivaces et des arbustes, tous indigènes, provenant de la pépinière québécoise Aiglon Indigo, qui se dédie à leur culture depuis près de 40 ans.

Nous espérons que cet article vous a été utile. Si vous hésitiez encore à trouver l’espèce idéale pour votre aménagement, n’hésitez pas à consulter des outils en ligne pour en apprendre plus sur la variété des essences indigènes de notre territoire!

Articles similaires

Abonnez-vous à l’infolettre