Skip to content

Une Collectivité ZéN arrive à Lachine

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Le 12 mai 2021, le GRAME, en collaboration avec Imagine Lachine-Est et le Front commun pour la transition énergétique (FCTÉ), lançait le projet d’une « Collectivité ZéN » à Lachine. Ce Chantier, nommé ClimAction Lachine, sera porté en collaboration avec différents partenaires provenant de différents secteurs, notamment l’Arrondissement de Lachine, Concert’Action Lachine et le Conseil régional de l’environnement (CRE) de Montréal. La mise en place d’une Collectivité ZéN à Lachine se fera d’abord et avant tout par une collaboration rapprochée entre les organismes porteurs du projet, les citoyen.ne.s, des entreprises, des groupes communautaires et des institutions ayant à cœur la transition écologique à Lachine.

Comment atteindre la carboneutralité à Lachine?

C’est la question qui occupera les prochaines étapes suivant le lancement de ClimAction Lachine. L’objectif de carboneutralité vise à éliminer totalement nos émissions de gaz à effet de serre (GES) ou à capter (stocker de manière permanente) les émissions résiduelles que l’on considère difficilement éliminables. D’où le terme “zéro émission nette”. La raison à cela est que les GES emprisonnent la chaleur et contribuent ainsi au réchauffement planétaire, un important facteur des changements climatiques. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la carboneutralité devra être atteinte dans la décennie 2040-2050 afin de maintenir le réchauffement planétaire au-dessous du 1,5 degré Celsius.

Certes, le projet de Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité vise l’atteinte de l’objectif pour 2050. Le gouvernement du Québec entend également prendre un engagement similaire. Finalement, le Plan climat de la Ville de Montréal engage déjà la ville à atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Mais de telles ambitions demeureront à l’état de vœux pieux s’il manque un ancrage local solide, capable de réaliser des transformations profondes de nos manières de nous déplacer, de manger, de travailler, etc. ClimAction Lachine compte identifier les obstacles dressés sur le chemin de la carboneutralité à Lachine et comment ceux-ci peuvent être surmontés. Il faudra aussi que les partenaires statuent sur le modèle de gouvernance du Chantier. Ensuite, les membres du comité qui sera formé se pencheront sur l’évaluation de stratégies combinées aux projets structurants en cours qui permettraient de bâtir un audacieux plan de transition vers la carboneutralité pour l’arrondissement.

Car Lachine n’est pas en manque d’initiatives à fort potentiel, telles que le développement d’un écoquartier dans le secteur Lachine-Est ou encore le projet d’implantation d’un tramway vers le centre-ville. On peut également penser aux projets visant la mise en place d’un système alimentaire durable – développées notamment par le Groupe de travail en sécurité alimentaire de Lachine (GTSAL) – ou les initiatives entourant la préservation des berges – que ce soit en termes de propreté, de lutte à l’érosion ou d’accessibilité.

Une transition juste pour faire face aux inégalités environnementales

Le projet Collectivités ZéN propose de rassembler les acteurs clés de tous les secteurs, dans les collectivités participantes, autour d’une démarche inclusive de transition écologique conçue par et pour le territoire. Ainsi, le projet propose une démarche locale et structurée de transition juste vers la carboneutralité. Au cœur de cette initiative réside une conviction: bien que la crise environnementale touche tout le monde, elle ne touche pas tout le monde de la même façon. Les coûts et bénéfices engendrés par notre exploitation de la nature ne sont pas équitablement distribués dans la population. Ces inégalités environnementales sont conditionnées par un ensemble de facteurs liés, notamment, au statut socio-économique, au genre ou à l’ethnie des individus.

Une transition porteuse de justice sociale se devra de prendre en compte cette réalité et participer activement à la lutte contre ces inégalités; que ce soit en contribuant à éliminer les conséquences négatives que la crise environnementale impose aux groupes sociaux les moins favorisés et en s’assurant que les solutions proposées ne créent pas de nouveaux obstacles (par exemple, en ce qui concerne la disponibilité de logements abordables).

L’échelle territoriale se prête bien à un exercice approfondi de dialogue social. Elle brise les silos et procure la perspective globale nécessaire aux changements structuraux qui sont requis. Elle permet d’unifier les organisations et la population d’un territoire dans un projet commun axé sur le « bâtir ensemble » et de mater ainsi le sentiment d’impuissance qui paralyse parfois l’action.

Les Chantiers visent d’abord la transformation des systèmes − système alimentaire, système de transport, système de production des déchets, etc. − ce qui, à terme, favorise les changements de comportements individuels. C’est une démarche d’autodétermination audacieuse qui implique la création d’un nouveau récit pour notre avenir collectif.

Une telle démarche mène forcément à certains scénarios de rupture. Ainsi, les Chantiers invitent leur territoire au grand complet à s’engager dans un vaste mouvement de mobilisation :

  • fondé sur une éthique de la bienveillance pour le vivant;
  • éclairé par les meilleures connaissances scientifiques disponibles;
  • guidé par les meilleures pratiques sociales et écologiques;
  • piloté par une gouvernance territoriale participative.

Un projet à l’échelle de la province

Le projet Collectivités ZéN est la phase 2 du projet Québec ZéN. Il fait suite à l’adoption, par l’assemblée générale du FCTÉ, de la Feuille de route pour la transition du Québec vers la carboneutralité. Il a pour but de puiser dans les orientations établies au cours de la phase 1 pour soutenir la construction de collectivités « zéro émission nette », plus résilientes et plus justes dans les diverses régions du Québec.

En effet, Lachine n’est pas seule et sera l’une des quatre premières Collectivités ZéN au Québec, avec des chantiers à Laval, à Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean. À la fin des 3 premières années du projet, il est attendu qu’un total de 12 Collectivités ZéN soient formées à travers la province.

Les organisations et citoyen.ne.s souhaitant participer à ce projet ambitieux de transition écologique peuvent se joindre au collectif en contactant Billal Tabaichount, coordonnateur du pôle influence du GRAME, à billal@grame.org.

Articles similaires

Abonnez-vous à l’infolettre