Skip to content

Les îlots de chaleur, un sujet brûlant d’actualité

Écrit par :

Shani Lebel
Agente des communications

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Même les rudes hivers québécois nous font rêver à la chaleur de l’été, nous sommes nombreux à difficilement supporter la chaleur étouffante de nos quartiers une fois les mois chauds arrivés. Depuis quelques années, les canicules s’invitent malgré nous dans nos étés montréalais, et ce n’est que le début : ces épisodes de chaleur extrême deviendront de plus en plus fréquents et intenses avec le réchauffement climatique.

Un autre phénomène moins connu génère également des hausses de températures : les îlots de chaleur urbains ou ICU. Les îlots de chaleur urbains sont des zones urbaines dont les températures de l’air ou du sol sont plus élevées de 5 à 10°C par rapport à celles des zones rurales avoisinantes. Se retrouvant principalement dans les espaces industrialisés peu végétalisés, les ICU engendrent plusieurs conséquences néfastes, dont la pollution de l’air.

Au fil des années, le réchauffement climatique ne va qu’aggraver ces effets. Mais tout n’est pas noir non plus, car il existe des solutions pour rafraîchir ces zones urbaines !

Comment se créent les îlots de chaleur ?

Les îlots de chaleur sont nombreux dans les grandes villes, principalement dans les zones industrielles et les centres-villes. Cela s’explique par le fait que ces espaces contiennent de nombreux bâtiments et surfaces faits de matériaux qui absorbent l’énergie solaire. D’autres propriétés de ces matériaux peuvent contribuer au phénomène des îlots de chaleur urbain, comme l’imperméabilité. En effet, l’asphalte, matériau très imperméable ayant remplacé le sol naturel, empêche l’évaporation de l’eau du sol et l’évapotranspiration des végétaux, processus qui contribuent normalement au rafraîchissement urbain. Mais ce n’est pas tout, car plusieurs autres facteurs influencent la création des îlots de chaleur :

La diminution du couvert forestier

Avec l’industrialisation et l’augmentation de la densité des villes, il y a de moins en moins d’arbres. Cela fait en sorte qu’il y a moins d’évapotranspiration et d’ombre, lesquels contribuent au rafraîchissement de l’air ambiant.

Les activités anthropiques

Une grande quantité de chaleur émise en milieu urbain est due à nos activités quotidiennes, dont la circulation en automobile et l’utilisation de la climatisation dans nos maisons.

La configuration des villes

La façon dont sont construites les villes, c’est-à-dire l’emplacement et la forme des bâtiments, a un impact sur la ventilation urbaine. En effet, les grands bâtiments et les rues étroites tendent à séquestrer la chaleur solaire et à ainsi empêcher une ventilation urbaine adéquate.

Gare au smog! Enjeux des îlots de chaleur sur la santé

Les îlots de chaleur urbains ont plusieurs conséquences, principalement sur l’environnement et la santé humaine.

Sur le plan environnemental, les îlots de chaleur urbains participent à la formation du smog et détériorent la qualité de l’air intérieur. En effet, ils facilitent la concentration d’acariens, de moisissures et de bactéries et favorisent la libération de substances toxiques.

Pour ce qui est de la santé, les îlots de chaleur peuvent occasionner des malaises respiratoires, des coups de chaleur et autres inconforts physiques, et ce, principalement chez les personnes âgées, les enfants et les personnes atteintes de maladies cardio-respiratoires. La chaleur extrême peut même aller jusqu’à causer la mort.

Verdir pour rafraîchir, ou comment combattre les îlots de chaleur

Sachant tout cela, qu’est-ce qu’on peut faire pour essayer de freiner ce phénomène ? En décembre dernier, la Ville de Montréal a publié son Plan climat 2020-2030 visant la neutralité carbone d’ici 2050. Dans ce rapport, la ville prévoit entre autres réduire les îlots de chaleur par le verdissement et d’évaluer des propriétés réfléchissantes des différents matériaux composant les infrastructures. Pour en savoir plus sur le Plan Climat, découvrez notre article qui le résume en 10 actions!


On peut aussi entreprendre soi-même des actions pour lutter contre les îlots de chaleur. Un des meilleurs moyens pour rafraîchir l’air ambiant est de végétaliser son milieu de vie. En effet, un arbre mature peut prélever jusqu’à 450 litres d’eau du sol et ensuite les rejeter dans l’air sous forme de vapeur d’eau. Ce rafraîchissement est comparable à cinq climatiseurs fonctionnant 20 heures par jour.

Vous aussi, vous voulez lutter contre les îlots de chaleur? Découvrez nos nombreux services de verdissement résidentiel et commercial!

Articles similaires

Abonnez-vous à l’infolettre