Skip to content

En route vers des écoles actives

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
L’arrondissement de Lachine est ceinturé par de grands axes autoroutiers engendrant ainsi un flux de transit automobile important au sein de l’arrondissement. Certaines rues servent de voies de contournement, particulièrement dans l’est de Lachine, où l’on peut ressentir cet afflux. En route vers des écoles actives est un projet créé par le GRAME qui a débuté il y a deux ans, afin d’étudier un secteur spécifique en explorant les obstacles à un  transport actif à Lachine et proposer  des recommandations. Ce projet est possible grâce à la subvention Environnement favorable à la santé  de la Direction régionale de santé publique. 

Quel est le secteur étudié?

Étant donné le grand nombre d’écoles dans l’est de Lachine, le GRAME a décidé d’étudier cette zone de l’arrondissement. Une autre raison, qui a fait pencher la balance, est l’emplacement du parc LaSalle dans le secteur. Ce dernier est un générateur de déplacement important chez les jeunes du quartier.

Quels sont les objectifs du projet?

Le projet En route vers des écoles actives a pour objectifs d’identifier et de documenter le secteur névralgique pour les déplacements des jeunes, en particulier au niveau des aménagements. C’est aussi d’outiller les personnes-ressources pour la prise d’action concrète vers davantage de déplacements actifs sécuritaires. Cette approche complémentaire et participative sera le gage d’un milieu plus favorable à la sécurité et la santé de tous les usagers de l’est de Lachine.

Les retombées du projet

Dans les deux dernières années, le projet a fait ressortir plusieurs problématiques aux abords des écoles. Force a été d’admettre que les deux mêmes problématiques revenaient souvent: 

  1. Des voies de circulation très achalandées que les enfants doivent traverser; 
  2. Des intersections avec une grande distance de traverse.

Ainsi, les jeunes se font souvent couper par les automobilistes s’il n’y a pas de brigadier ou de brigadière.

Le GRAME continuera à travailler pour améliorer le transport actif chez les jeunes, en présentant les résultats de ce projet aux personnes concernées.

Articles similaires

Abonnez-vous à l’infolettre