Skip to content

Clima et les trésors de la planète

Écrit par :

Sonia Duoc
Animatrice en éducation relative à l'environnement

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les arbres sont des végétaux surprenants. Qu’ils poussent dans les parcs publics, sur les bords des routes ou bien dans les forêts, ils méritent notre attention.Nous avons intérêt à s’arrêter devant eux afin de pouvoir les observer, mais aussi de prendre le temps de découvrir tout ce qui se cache derrière eux.

Notre ami Clima va aller dans les parcs accompagné de tous ses amis des garderies, des CPE et des milieux familiaux pour rencontrer ces merveilleux êtres. Différentes branches de l’arbre vont être dévoilées : les liens qui unissent les hommes à la biodiversité et aux arbres, l’influence qu’ils ont sur le climat, ainsi que leur intelligence.

Qui est Clima?

Clima est un sympathique raton laveur qui aide l’animateur du programme Lecteurs en herbe à guider les tout-petits à travers les thématiques et les lectures. Clima est d’ailleurs un expert des questions relatives à l’environnement et saura répondre à toutes sortes de questions.

Vous avez une question pour Clima? Posez-la lui!

L’utilité des arbres pour l’homme

Grande source d’énergie, ils nous réchauffent depuis que l’homme a su maîtriser le feu. Leurs délicieux fruits nous permettent de nous nourrir. Robustes, ils sont aussi utilisés pour la fabrication de nos meubles, de nos instruments de musique, etc. Certains d’entre eux ont des propriétés médicinales et thérapeutiques. Par exemple, la fleur d’aubépine est un bon régulateur de tension grâce à ses propriétés tonicardiaques (qui renforce la tonicité du muscle cardiaque) et son action calmante.

Aubépine
Aubépine

De plus, les arbres nous procurent un état de bien-être. Ainsi se balader en forêt entraîne une augmentation du taux de sérotonine (composé chimique responsable de la bonne humeur) à la suite de l’air pur inspiré, composé d’aromatiques volatiles. Cela diminuerait le stress et l’anxiété. Pour améliorer le bien-être physique et psychologique, les Japonais ont réinventé l’idée des parcs en milieu urbain en permettant aux citoyen.ne.s stressé.e.s de se relaxer grâce aux bienfaits naturels des arbres en prenant « des bains de forêt ». Cette pratique développée en 1980 est nommée le Shinrin Yoku.

Les arbres ne sont pas uniquement utiles à l’être humain, mais aussi à la biodiversité, dont ils sont un maillon essentiel.

Les arbres : clef de voûte de l’écosystème

De nombreuses espèces animales dépendent des arbres pour survivre. Les arbres nourrissent plusieurs insectes et plusieurs mammifères comme : les écureuils, les porc-épics, les cerfs de Virginie, etc. De plus, ils favorisent la croissance des champignons en leur offrant le sucre nécessaire, créé grâce à la photosynthèse.

Mécanisme de la photosynthèse

Schéma photosynthèse
Source : Bortela, 2012

Les champignons, en échange, les protègent contre d’autres espèces nocives.Par exemple, les mycorhizes, une relation symbiotique entre les racines des arbres et certains champignons, permettent aux racines d’arbres d’être plus résistantes au froid et à la sécheresse. Cette relation synthétise des antibiotiques et permet le développement de la macrofaune et la microfaune, des composants essentiels pour le sol.

 

La macrofaune désigne les petits insectes qui sont visibles à l’œil nu, qui sont plus petits qu’un centimètre. On classe dans cette catégorie les araignées, les vers de terre, les fourmis, les coléoptères, etc.

Alors que la microfaune sont des micro-organismes qu’on ne peut détecter à l’œil nu. On trouve dans cette catégorie les bactéries, les champignons, les racines, les nématodes, etc.

 

Les arbres accueillent les animaux, et les végétaux tels que les mousses ou les lichens. Au Québec, plus de 40 000 espèces animales et végétales dépendent des arbres. De plus, les arbres offrent un abri à de nombreux animaux afin de se cacher des prédateurs.

Chaque automne, leurs feuilles ainsi que les branches peu robustes tombées au sol, nourrissent et fertilisent les sols. Grâce à leurs racines, ils protègent l’érosion du sol due au ruissellement des eaux de la pluie et de l’action du vent.

Les arbres : des alliés pour faire face aux changements climatiques

Les arbres ont la capacité d’adoucir les conditions météorologiques. Ainsi en été, ils nous fournissent de l’ombre. Ils permettent ainsi d’atténuer les îlots de chaleur. Ils équilibrent les températures et les conditions hydriques, en captant l’eau et en la distribuant par évapotranspiration aux autres organismes. De ce fait, ils jouent un rôle important dans la régulation du climat. Les arbres diminuent la force des vents lorsqu’ils sont nombreux. Donc, l’assèchement, le réchauffement ou le refroidissement sont localement réduits.

Leur présence permet de diminuer aussi la température de plusieurs degrés, et ainsi de lutter contre l’avancement du désert en luttant contre l’érosion et en favorisant le maintien de la fertilité des sols.

Les arbres agissent comme des ventilateurs en filtrant les poussières et les aérosols. Ils ont même la fonction de désodoriser l’air. Au printemps, les arbres à fleurs imbibent nos narines de leurs doux parfums.

Selon une étude de l’ONU, la séquestration du carbone par les arbres est une solution pour lutter contre les changements climatiques. En effet, lors de la photosynthèse les arbres absorbent le dioxyde de carbone, un des gaz à effet de serre. Planter des arbres pourrait ainsi limiter l’augmentation des températures.

L’intelligence des arbres

Contrairement aux êtres humains, à la physiologie très complexe, les arbres peuvent a priori sembler plus simples. À première vue on remarque essentiellement 3 organes très distinctifs : les racines, le tronc et les feuilles. Même sans poumon, les arbres respirent. La sève circule dans l’arbre comme notre sang circule dans notre corps, pourtant l’arbre n’a pas de pompe cardiaque. Les arbres communiquent entre eux sans parler. Une étude scientifique en Afrique du Sud a démontré que les acacias communiquent entre eux lorsqu’ils se font brouter par des gazelles. Ils émettent un message sous forme de composés aromatiques volatils, de l’éthylène entre autres, pour prévenir leurs congénères de produire des substances amères dans leurs feuilles. Les acacias deviennent alors moins attractifs pour les gazelles. C’est pourquoi les gazelles sont obligées de se déplacer contre le vent pour trouver de nouveaux acacias comestibles.

Acacia
Arbre d'Acacia

Les arbres communiquent aussi par leurs racines. Des scientifiques ont découvert que les arbres échangeaient des signaux de détresse par leurs racines lors d’une sécheresse. Ils sont même capables de se souvenir de ce stress et de s’adapter pour mieux faire face à un tel problème . Les champignons avec leurs mycéliums, leurs longs filaments agiraient comme un réseau internet et permettraient d’alerter tous les autres arbres. Ce réseau sert aussi de transport pour les nutriments et l’eau vers les autres arbres : un service d’entraide et de partage.

Pourquoi conserver les arbres ?

Voir un arbre n’est pas seulement contempler son apparence. C’est aussi concevoir tout ce qu’il dissimule : ses liens invisibles avec les êtres humains et aussi tout le monde animal et végétal, son rôle important qu’il joue sur Terre. La prochaine fois que vous croiserez un arbre, n’oubliez pas de vous arrêter. Prenez surtout le temps de l’observer, cherchez à savoir ce qui s’y cache et vous finirez par être émerveillé.

Notre ami Clima va aller rencontrer tous ses amis des garderies, des CPE et des milieux familiaux pour avoir la « planète attitude » afin de faire attention à notre planète. Toutes ces petites actions mises ensemble peuvent faire la différence. Chaque geste compte! Ne manquez pas les portes ouvertes!

Articles similaires

Abonnez-vous à l’infolettre